Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone
/L’auteur du poème : Oksana Maksymyshyn-Korabel/
/Traduction de l’ukrainien par Oksana Kantaruk Pierre/
Maïdan, funérailles d'un héros de la "centurie céleste". Photo © Andrew Kravchenko

Photo © Andrew Kravchenko

On les a baptisés « la centurie céleste », ces héros disparus depuis le 22 janvier 2014. Au-delà du nombre, le terme « centurie » renvoie vers l’organisation des Cosaques.

Pour défendre les barricades de Maïdan, les hommes sont organisés en « sotni » (centaines). Chaque sotnia a son nom et son chef. La centaine de Vyshgorod, la centaine du Secteur Droit et aujourd’hui il y a « la centurie céleste » qui veille désormais à la paix de toute une nation.

Aujourd’hui, c’était la journée du deuil national. Paix à leurs âmes.

Ne pleure pas, maman
Je reviendrai au printemps
Je serai l’oiseau qui réveillera
Je serai la pluie qui tombera

Maman, ne pleure pas
Comme ça c’était écrit
Je viendrai quand tu dormiras
Te dirai où désormais je vis

Maman, ne pleure pas
Les anges chantent pour moi
Il fait nuit parfois
Tu manques à mon âme

Pardonne-moi ce foulard noir
Pardonne-moi de te laisser
L’Ukraine a été tout pour moi
Comme toi tu l’as toujours été ©

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone