Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone

/Par Oksana KANTARUK PIERRE, le 23 mars 2014/

Concert d'Okean Elzy à Stuttgart, le 22 mars 2014

Concert d’Okean Elzy à Stuttgart, le 22 mars 2014

Le groupe ukrainien « Okean Elzy » fête ses 20 ans cette année. Fondé en 1994, le groupe connaît un succès très large auprès des publics différents partout en Ukraine, en Russie, en Biélorussie, en Pologne… Les musiciens reconnaissent avoir grandi avec les meilleurs du rock occidental mais cela reste un groupe avec son propre son et sa propre identité. Il ne s’agit pas de « Coldplay » ou de « Oasis » à l’ukrainienne. …

Hier à Stuttgart, une prestation digne d’un meilleur concert-hall européen a eu lieu dans une ambiance très « ukrainienne ». La queue devant s’étirait sur une rue et demi et parlait un peu toutes les langues : ukrainien, russe, allemand et français… Grâce à des amis débrouillards nous avons évité la queue et avons découvert les drapeaux ukrainiens, les vyshyvankas (les chemisiers traditionnels), les couronnes de fleurs qui étaient partout dans la salle.

Avant que les musiciens ne montent sur scène, les fans ont chanté l’hymne de l’Ukraine. Le groupe est devenu, par sa musique et l’engagement de son charismatique chanteur, le symbole du combat que le pays mène depuis quelques mois. D’ailleurs, Okeany et leurs fans en Russie (les océans, les fans les appellent ainsi) ont dû payer cher : le groupe a vu ses concerts annulés ou « reportés » dans toutes les villes russes. A la fin de l’hymne, un français de notre bande a lancé le salut des partisans de l’EuroMaïdan « Gloire à l’Ukraine », et la salle a répondu à l’unisson « Gloire aux héros ! ». Le ton a été donné même si le soir-là c’était de la musique, et pas de politique.

La soirée a commencé avec la chanson « Zemlia » (« Terre ») qui est aussi le nom du nouvel album sorti en 2013. Mais on a eu droit à plusieurs « hits » des vingt dernières années. Tout le monde connaît ces chansons par cœur. Tout le long du concert la salle a chanté.

L’interprétation de « Droug » (« Ami ») a donné des frissons avec une introduction vocale de plus d’une minute.

« Droug » interprété au concert d’Okean Elzy le 14.12.2013 à Euromaïdan à Kyïv

Les ballades, les textes profonds et la belle musique… A un moment donné, chacun de nous avait cette impression que « Okeany » chantaient pour lui personnellement.

Il était difficile, cependant, de résister au contexte politique surtout après l’interprétation de « Ia ne zdamsia bez boiu » (« Je ne me livrerai sans me battre ») ou encore « Vstavai » (« Lève-toi »). Le chanteur a fini par emprunter un drapeau ukrainien aux fans et l’a étendu derrière lui.

Deux heures et trois rappels plus tard, nous quittions la salle en chantant l’hymne de l’Ukraine. Malgré tout c’était de la musique, et pas de politique.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone