Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone

/Par Ivan Kompan, tuteur du cours « Finance » à Edinburgh Business School/
/Article paru sur theinsider.ua le 14 mars 2014/
/Traduit par Mariana Prokopiuk/

Photo © Petr Shelomovskiy

Photo © Petr Shelomovskiy
L’affiche au centre : « Regardez la vérité ! TV et radios de la Russie »
À gauche : « Depuis 23 ans on nous a oppressés » ; « Féodossie. Référendum Crimée »
À droite : « Ouest, ne te mêle pas de la question de Crimée »

Nous vivons un grand moment historique. Quand il sera réalisé, les racontars sur le mythique « Monde Russe », l’unité des peuples et une autre mythologie du voisin du nord s’oublieront naturellement.

Un des professeurs de l’école d’affaires d’Harvard s’est exprimé autrefois remarquablement que chaque fait historique a ses dessous financiers.

En effet, c’est comme ça – l’époque de la Renaissance italienne était impossible sans argent de Medici, la bataille à Waterloo, elle aussi – sans participation financière des Rothschild, la chute de l’URSS était accompagnée de prix bas sur le pétrole.

Il est impossible de nier le fait que la plupart des habitants de la Crimée veulent sincèrement intégrer la Russie. Certes, c’est une raison insuffisante à la violation de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, mais alors pourquoi y a t-il un aussi grand nombre de gens qui aspirent à se rattacher à l’État voisin ?

Les histoires sur la discrimination des gens russes, l’impossibilité de parler russe, l’interdiction de réciter Pouchkine, lire Tolstoï dans sa version originale et de fréquenter l’Église orthodoxe russe en sont certainement les mythes.

À mon avis, les vraies raisons sont liées au fait que plusieurs habitants de la péninsule étaient contraints au désespoir par la politique incompétente du pouvoir central corrompu à l’égard de la Crimée.

Et des gens désespérés font des actes désespérés. Les habitants russes de Crimée sont prêts à faire des actes acharnés dans l’espoir éphémère que la Russie en prendra soin mieux que l’Ukraine. Il est plus facile de lever des gens désespérés sur la révolte.

Et des gens désespérés font des actes désespérés. Les habitants russes de Crimée sont prêts à faire des actes acharnés dans l’espoir éphémère que la Russie en prendra soin mieux que l’Ukraine. Il est plus facile de lever des gens désespérés sur la révolte. Qui est coupable ? En premier lieu, le gouvernement de l’Ukraine, qui ne pensait qu’au présent. Le plus facile serait de tout rejeter sur Yanoukovitch et sa bande, dont « le mérite » dans le désarroi économique du pays est sans aucun doute immense. Néanmoins, peut-on affirmer que tous les gouvernements précédents de l’Ukraine indépendante ont fait beaucoup pour le développement de la Crimée ?

Depuis plus que deux décennies, aucun programme du développement de la Crimée à long terme n’a été réalisé. En choisissant entre l’investissement et le gaspillage le pouvoir préférait toujours le deuxième. Le court terme est l’essentiel du système du pouvoir ukrainien.

Qu’en reste t-il au final ? Une construction chaotique en Crimée, la corruption et les manipulations foncières, pratiquement pas d’investisseurs étrangers et comme résultat, une vie fonctionnant « d’une saison à l’autre ». On obtient la vraie raison de la révolte – la pauvreté et l’absence des perspectives.

En raisonnant sur la Crimée il est même gênant d’utiliser le terme de « bien-être », il serait plus convenant de parler de « survie ». Malheureusement, cela concerne non seulement la Crimée, mais aussi beaucoup d’autres régions de l’Ukraine. Le PIB de l’Ukraine par habitant constitue près de 3 800 USD, ce qui est très peu, quelque part au niveau du Swaziland et des Samoa.

C’est surtout la pauvreté de la population et l’absence des perspectives qui rend la propagande russe effective et lui permet facilement de gonfler les humeurs protestataires. Essayez de gonfler l’hystérie semblable pour la protection des Chinois vivant à Singapour, et proposez-leur de se joindre à la grande Chine. Une telle idée est absurde – le PIB de Singapour par habitant est de 54 700 USD, tandis qu’en Chine il est seulement de 6 800 USD.

Le niveau de vie élevé protège Singapour de la meilleure façon contre les chocs sociaux, ethniques et religieux, malgré la diversité des peuples et des ethnies vivant là-bas : les Chinois – 62 %, les Malais – 14 %, et 16 % des soi-disant « Indiens » comprenant les hindous, les Sri-Lankais, les Pakistanais et les habitants le Bangladesh.

Il est difficile de prédire comment s’achèvera la tragédie actuelle de la Crimée.

Si la Russie gagne, pourrait-elle changer la vie des habitants de Crimée pour le mieux ? Personnellement, je ne crois pas. La Russie a déjà investi 50 milliards de dollars au développement de l’une de ses stations et ne pourra investir autant dans le développement d’une autre. Il ne s’agit pas non plus des investisseurs privés dans la situation actuelle, maintenant c’est un rêve irréalisable pour la Russie.

On veut bien croire que la Crimée restera quand même au sein de l’Ukraine. Mais dans ce cas qu’est-ce qui se passera avec la Crimée ?

Toutes les conversations sur l’autonomie élargie, la recherche du compromis dans le domaine de la question de langue est une dépense inefficace du temps. Tous les racontars sur le désir fervent des citoyens de l’Ukraine de faire partie d’un certain « Monde Russe », inventé par la propagande russe laïque et spirituelle, n’est qu’une spéculation des politiques sur l’aspiration simple et naturelle des gens ordinaires de vivre mieux sur le plan financier. Pour que les salaires et les pensions soient plus élevés que maintenant, au moins comme en Russie.

Nous n’avons pas d’armée puissante, chez nous le PIB par habitant est bas, chez nous l’économie est inefficace, mais nous avons un grand moment historique, quand le peuple ukrainien s’est uni croyant qu’il pourra construire une nouvelle société. La société, qui pourra créer les institutions du pouvoir ne permettant pas voler et utiliser les gens, mais de respecter l’Ukrainien ordinaire et s’en soucier.

Si ce moment se réalise, en particulier en ce qui concerne la croissance du bien-être financier, les racontars sur mythique « Monde Russe », l’unité des peuples et une autre mythologie du voisin du nord s’oublieront naturellement.


Source : theinsider.ua

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone