Interviews

Interview avec Alim Aliev

L’Ukraine est en pleine fièvre de changements. Trop de choses se passent à la fois : nous faisons la guerre tout en essayant de préserver la paix ; nous aidons les soldats tout en nous opposant à la mobilisation ; nous cultivons la tolérance tout en nous effrayant de la disparition des valeurs traditionnelles. Nous sommes un peu perdus. À ces moments de grands changements, il est important d’être honnête

Interview avec Iryna Solovey

Iryna Solovey est fondatrice de Biggggidea, une plateforme de crowdfounding pour toute sorte d’idées, de projets etc. Grâce à cette plateforme, les projets de radio et télé citoyennes ont vu jour. — Dites-nous comment vous êtes devenue comme vous êtes maintenant ? Je pense que je suis devenue comme aujourd’hui, grâce à ma famille qui m’a beaucoup influencée. J’ai eu beaucoup de chance dans la vie : j’ai beaucoup appris dans ma

Oles’ Sanine : Je réaliserai le prochain film en coproduction avec l’Europe

Le réalisateur du film Le guide d’aveugle (The Guide), parle du cinéma et de l’Ukraine. Deux cents pairs d’yeux aveugles se serrent les uns contre les autres dans le wagon. On mène en fusillade les joueurs de kobza (ndt. kobzar en ukrainien), mais ils chantent « Le vent souffle, souffle le vent impétueux ». Le chant est perçu comme un code ukrainien de la vérité, est convaincu le réalisateur Oles’ Sanine

Interview avec Myroslava Gongadze

Autrefois, dans son adolescence, toutes les semaines elle regardait une émission brillante « Panorama international ». Aujourd’hui, c’est l’inverse, des millions regardent son prime time  «Heure-Time ». Une fille simple, originaire de Béréjany (ndt. une ville de l’oblast de Ternopil, en Ukraine), qui, dans sa jeunesse, allait par le train de nuit voir les premières du théâtre « Kourbass », elle connaît la recette de la réalisation des rêves : « Il faut craindre l’inaction et pas l’action ». Et

Akhtem Seïtablaev : en Crimée il n’y a pas une seule famille qui aurait su éviter la déportation

  Le metteur en scène parle de la déportation des Tatars de Crimée, du cinéma de guerre, de l’État totalitaire et de sa dernière journée en Crimée Des milliers de spectateurs sont venus sur la décente Lanjeronovskуї durant le festival à Odessa pour revoir le film sur la déportation des Tatars d’Akhtem SEЇTABLAEV. En Ukraine Khaїtarma, premier film tataro-ukrainien, a été nommé le meilleur film de l’année passée. En Russie, ce

Il est temps d’enlever les barricades

Exigences de Maïdan, séparatisme, guerre de l’information… Les sujets abordés avec l’expert à qui le FSB (les services de sécurité russes) interdit de venir en Russie. Le 3 juin 2012, Olexandre Solontaï, expert en politique, est arrivé à Moscou pour faire un cours sur la situation politique en Ukraine. Il a été arrêté par le FSB et déporté du pays. Deux ans après, la révolution a gagné en Ukraine, le régime

Interview avec Boris Filatov : l’état des lieux en Ukraine

Boris Filatov est un personnage très intéressant. D’origine russe, il se dit « juivo-banderivets » (ndt.nationaliste ukrainien juif), il a fait une carrière d’avocat et de journaliste. Tout au long de sa carrière, il s’est occupé des affaires les plus connues. Souvent il s’attaquait aux politiques qui l’appelaient à l’aide plus tard. Les résultats des enquêtes de Filatov journaliste se sont transformés en deux films. Il a enquêté sur la nature des

Moteur du progrès : qui fait les réformes en Ukraine

Il y a deux ans l’interdiction de fumer dans les restaurants a été votée en Ukraine. A l’époque, cela paraissait impossible. Pour atteindre ce but, plusieurs activistes et les ONG se sont rassemblé en Coalition, dont le travail a été coordonné par Hanna Hopko. H.Hopko a été activiste du « Secteur Civil de Maïdan ». Cette initiative a rassemblé une centaine d’activistes qui donnaient du sens au mouvement de manière systématique : ils

Andreï Kourkov : « Le rêve ukrainien c’est d’avoir comme voisin une Russie amicale qui ne s’engagera pas dans la politique ukrainienne »

– Comment un « homo sovieticus » devient un écrivain engagé comme vous l’êtes ? Je n’ai jamais été un écrivain soviétique. J’ai eu mon premier livre, publié quelques semaines avant la chute de l’Union soviétique, parce que mes livres circulaient illégalement. Pas des livres, des manuscrits circulaient illégalement. On avait un système  qui s’appelait samizdat, les gens partageaient la littérature interdite, non publiée officiellement. C’est à partir de la chute de l’Union soviétique

Interview avec le ministre de la Culture ukrainien Yevhen Nyshchuk

Nous avons eu la chance de rencontrer le ministre de la Culture ukrainien Yevhen Nyshchuk en marge du Forum de Chaillot, « Avenir de la Culture, Avenir de l’Europe » à Paris le 05 avril 2014. – Il s’agit de votre première visite officielle à Paris. Quelle est votre état d’esprit et que tirez-vous de cette expérience? C’est une visite importante car c’est en effet ma première visite officielle en plus dans