Société

Ma Crimée : sur la mémoire, le courage et la foi d’une petite nation

Sur la mémoire, le courage et la foi d’une petite nation Je me souviens bien de ce jour-là. J’avais à peine dix ans, et avec mes parents, nous sommes allés à Féodossie chez ma grand-tante. Je frappe à la porte d’entrée verte, je regarde dans la cour à travers de petites fentes de la porte. – Qui est là ? – demande quelqu’un d’une petite voix enfantine. Je n’ai rien à dire.

Mobilisation nationale de l’Ukraine

« Les citoyens ukrainiens doivent se préparer activement à défendre les gains de la révolution de la dignité en Ukraine ». Aujourd’hui, il est évident qu’il a été naïf de penser que la révolution a définitivement gagné et que maintenant, nous pouvons nous permettre en toute sécurité de construire une nouvelle démocratie ukrainienne, en combattant la corruption interne, en corrigeant les distorsions dans le système judiciaire, en instaurant un contrepoids à un

Étrangers pour toujours

« Il reste encore à faire quelques pas de plus sur la terre de Crimée balayée par tous les vents, et les russes deviendront pour les ukrainiens des occupants ». Ça fait mal de voir comment les ambitions de deux politiciens vaniteux, Vladimir Poutine croyant en sa mission impériale et Viktor Ianoukovitch s’accrochant aux restes de son pouvoir, sont en train de démolir la compréhension entre deux peuples qui me sont proches.