Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone
/Par Lesya Orobets, député du parlement ukrainien/
/Écrit le 12 décembre 2013 après une deuxième tentative de Berkout de nettoyer Maïdan/
/Traduit par Oksana Kantaruk Pierre/
Maïdan. Photo © Petr Shelomovskiy

Photo © Petr Shelomovskiy

« Les nuits comme celle-là ne s’oublient pas. »

J’ai le sentiment d’appartenir à l’Histoire, là et maintenant, et ce sentiment ne me quitte pas. L’Histoire, telle qu’elle se réalise une fois pour des siècles. L’Histoire, telle que je l’ai rêvée pendant mes heures de classes. Il ne s’agit pas de vivre une existence ennuyeuse. Il s’agit de créer quelque chose d’authentique, de la manière la plus sincère possible. Comme ces héros épiques du passé, sortis des livres, des légendes et des chants.

Cette fois-ci, tout se passe d’une façon vraiment véridique. Les cloches des églises qui alertent en appelant à la défense. Les forces noires qui n’attaquent que quand il fait noir. Les prêtres élevant les croix au-dessus de la bataille, les gens se cachant des assassins à l’intérieur des murs des monastères, les révoltés dormant par terre dans les églises…

Les milliers d’hommes chantent en unisson l’hymne et des prières. Dans la fumée et dans le feu, les enfants de 18 ans, les gardiens-défenseurs des dernières citadelles, loin d’envisager de se rendre aux forces ennemies barbares beaucoup plus nombreuses. Les vapeurs des poêles où on prépare le dîner pour nos milliers d’hommes avant une nuit difficile, avant une nuit de combat. Les citoyens, les gens libres, des dizaines et des centaines de milliers de gens libres défendent leur dignité et leur pays, à leurs propres risques et périls. Dans le temps, les cosaques se rassemblaient de la même façon que notre Maïdan d’aujourd’hui. Des Titans de l’esprit qui arrêtent une foule en uniforme et sans âme. Une foule qui leur est peut-être supérieure, physiquement parlant, mais qui ne peut pas dominer la force de la vérité et de la liberté.

Un moment symbolique car c’est une résistance sincère et honnête. Tout se passe enfin comme cela doit se passer. Vive l’Ukraine !

Lesya Orobets
Députée, Parlement de l’Ukraine


Source : blog de Violeta Moskalu

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone